• You raise me up

    Je vis dans l'incertitude.
    Je n'imagine l'avenir que jusqu'à début juillet. J'ai l'impression de ne voir pas plus loin que le bout de mon nez. J'ai mon bac et après. Qu'est-ce que je vais faire, où, comment. Je n'arrive pas à me projeter, août, septembre 2016 et le reste sont vides, transparents, dans mon esprit c'est un gouffre dans lequel je vais devoir plonger. Et puis il y a vous qui me rassurez parfois, et eux qui sont dans la même situation, et tous ceux qui s'en sont déjà sortis, qui l'ont vécu et qui sont encore entiers.

    Avec L., on renoue peu à peu les liens qui s'étaient déchirés. Que j'avais, l'année dernière, coupés, mutilés, détruits avec application. Un an et demi, c'est facile à arracher. Six mois, c'est difficile à rattraper. Quelques fois je me dis que je n'aurais pas dû. Que j'ai tout gâché. Que rien ne sera plus comme avant, que la complicité est perdue pour de bon, et que c'est entièrement de ma faute. Puis je me souviens des mots jetés, crachés avec mépris, maîtrisés avec une force que je n'aurais soupçonnée, blessants comme si c'était à moi qu'ils étaient adressés. L'enfer de cet orgueil, de cet ego trop précieux et intouchable me revient en mémoire. Alors que je n'avais pas les mots pour faire face, j'ai utilisé le silence et les points comme armes, couteaux qui ont lacéré vivement ce que l'on avait construit. On répare sans parler beaucoup, peut-être plus, peut-être moins, sans doute parce qu'au final on en a quand même besoin.

    Samedi, elle est venue. Je ne sais par quel miracle, par quelle inspiration divine, elle est venue le sourire aux lèvres, elle s'est assise sur une chaise à côté de moi et elle est restée. Elle nous a regardé chanter, puis jouer, incarner personnages et thématiques. Elle a aimé, ri, applaudi. Les larmes aux yeux à la fin elle m'a dit c'est trop beau, vous êtes tous unis, j'ai pas l'habitude, et plus tard vous avez un grand cœur ça me touche. J'ai de la chance, finalement. On vit dans l'amour et on ne s'en aperçoit même plus. C'est elle-même, M., qui m'a montré comment la guérir : avec l'amour, tout simplement, la présence et l'amour. Les peut-être s'assurent, elle finira par aller mieux.

    La course est finie et c'est Noël; je vous souhaite de passer une bonne, joyeuse et heureuse fête. Je finis vite cet article un peu décousu, parce que d'ici quelques heures, je serai dans ma famille, celle qui est belle et pas mal unie, et vous savez quoi, j'ai hâte. Ensuite, lundi ou mardi, je reviendrai ici vous raconter, mi-heureuse mi-pleureuse pour plein de raisons, et vous parler de l'année qui s'achève.
    Amusez-vous, ne buvez pas trop, mangez du chocolat, passez un Noël plein de lumière, de paillettes dans les yeux et de bonheur en vous et autour de vous.
    Merci d'être là ♥.

     


  • Commentaires

    9
    Dimanche 17 Janvier 2016 à 07:33

    Salut !

    Quand j'étais au lycée, j'avais l'impression que tout le monde partait sûr de lui, ils savaient tous ce qu'ils avaient à faire alors après le BAC ils partaient enfin conquérir leurs rêves. Puis, ça a été mon tour. De quitter le lycée, formuler des voeux, tout ça. J'étais exactement comme toi, et je me suis rendue compte qu'en fait, on était énormément à être dans ce cas ! Je ne sais trop comment te conseiller, puisque je n'ai pas su vraiment gérer l'orientation post-bac tout ça, et c'est une période qui m'a un peu déchirée. 

    Ce que je pourrais te dire, maintenant que je n'ai toujours pas trouvé exactement ma voie mais que je suis à peu près casée quelque part, c'est de ne pas trop te prendre la tête, d'y réfléchir mais sans TROP y réfléchir. Sinon ça angoisse beaucoup trop !

    J'espère que tu trouveras, tiens nous au courant !

    Bises.

    8
    Lundi 4 Janvier 2016 à 18:54

    Ah ! L'année du bac !Je te comprends, je suis aussi passée par là.

    Je ne savais pas trop où j'allais atterrir l'année suivante et comme j'étais la seule à l'âme littéraire dans une classe de S, les profs eux-mêmes ne savaient pas trop quoi me conseiller. Je ne sais pas si tu as ne serait-ce qu'une vague idée de ce que tu veux faire après ton bac mais si c'est le cas alors ça ira sans doute mieux une fois que tu auras formulé tes vœux sur admission post-bac. C'est en tout cas ce qui s'est passé pour moi, parce que ça rend les choses plus concrètes même si tu ne sais pas trop où tu vas être acceptée, au moins ça te permet de te projeter un tout petit peu. Et si tu as la possibilité de visiter les établissements qui t'intéressent c'est encore mieux parce que comme ça tu peux essayer de t'imaginer fréquenter ces nouveaux locaux et tu as moins cette impression de vide intergalactique après le mois de juillet.

    Bon courage à toi en tout cas et, ne t'inquiète pas, la fin du monde n'aura pas lieu en juin ! ;-)

      • Dimanche 10 Janvier 2016 à 19:45

        Merci pour ton commentaire ! C'est vrai que c'est encore très abstrait, mais ça va déjà mieux depuis que je sais à peu près ce que je veux faire. Je vais aller aux portes-ouvertes aussi pour voir un peu comment c'est, et puis on verra bien ! C'est un peu stressant mais tout le monde est passé par là, alors ça doit être faisable quand même ;)

    7
    Samedi 26 Décembre 2015 à 22:10

    Hello !

    Et moi qui ne trouvais pas de mot approprié pour décrire assez précisément ce qui se passait chez moi... Tu me complètes bien ! Je suis aussi paumée que toi et ça fait un moment que je ne trouve pas comment le GPS fonctionne. Faut peut-être essayer la carte.

    Je n'ai pas suivi toute ton histoire et j'avoue ne pas tout comprendre, principalement quand tu parles de L. et M. Il faudrait peut-être que je lise tous les articles de cette rubrique dans l'ordre un de ces jours. Mais pas ce soir, je suis crevée. Peut-être dans la semaine, entre deux DM. ;) Bisous. <3

      • Mardi 29 Décembre 2015 à 15:44

        C'est ce qu'on dit, oui !

        Je viens juste de commander un livre à lire pour la rentrée, mon agenda est ouvert depuis ce matin mais... aucune motivation ^^

      • Mardi 29 Décembre 2015 à 14:55

        Les bonnes vieilles méthodes sont toujours les meilleures !

        Je m'en suis un peu douté mais je ne voulais pas faire de gaffe. Je suis peut-être un peu trop prudente parfois...

        Je crois qu'il va m'en falloir parce que j'en pleure rien qu'en ouvrant mon agenda. :') J'ai perdu toute motivation alors je ne les ai toujours pas commencés. Honte à moi. x) J'espère que ce n'est pas la même chose pour toi. <3

      • Lundi 28 Décembre 2015 à 23:09

        Je pense qu'on est pas mal dans le même cas. Tu as raison, il faut peut-être revenir aux bonnes vieilles cartes ! ^^

        Dis-toi que L. et M. sont des amis (je t'ai déjà parlé de M., elle a fait une dépression -youhou-). Bon courage pour tes devoirs ! Bisous ♥

    6
    Samedi 26 Décembre 2015 à 00:23

    Passe de bonnes fêtes également ! 

    Ne t'inquiète pas, ce qui t'attends après août, c'est simplement la liberté. La liberté de sortir quand tu le souhaites, de manger quand tu le souhaites, de faire ce que tu veux et quand tu veux. Ça a évidemment un revers: il faut parfois régler soi-même les problèmes administratifs, se déplacer, faire les tâches ménagères... Mais la liberté, la vie d'adulte a un prix inestimable... C'est dur pour moi de retourner chez moi, désormais, et de redevenir le temps d'une semaine la petite fille de mes parents. C'est comme s'il y avait deux moi: l'adulte, et celle qui se plait à se reposer sur le cocon familial .

     

      • Lundi 28 Décembre 2015 à 17:02

        Merci ! Hmm c'est vrai, j'attends cette liberté depuis que j'ai 7 ou 8 ans alors je vais arrêter de trop m'inquiéter. Merci de me faire partager ton expérience :) !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :