• Texte pour Catiminy

    Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Dès que la lumière dorée devenait rouge ou rosée, dès qu'apparaissaient les ombres du soir, je m'empressais d'achever mon ouvrage ; et si ce à quoi j'étais alors occupé me semblait trop long à terminer, je l'abandonnais et le remettais au lendemain. Le repos me paraissait essentiel à tout homme qui se respecte. Durant de longues années, les seules veillées que je me suis autorisées ont été les quelques soirées entre amis, que d'autre organisaient. Pâles veillées, triste vie !

    Puis je l'ai rencontrée. Je vous promets, au début, j'ai résisté. Mais son attrait est devenu, au fil du temps, vraiment fort. Elle me fascinait tant, je n'avais d'yeux que pour elle. Le son de sa voix m'ensorcelait, et ses couleurs, oh, ses couleurs... Jamais je n'en avais vu de telles. Elle m'a séduit. Je me suis surpris à rester, de plus en plus tard, assis en face d'elle. Avec elle. Les limites sans cesse repoussées, je l'écoutais parler, rire, chanter pendant des nuits entières, et je ne m'endormais qu'au petit matin. Elle a tout chamboulé dans ma vie, jusqu'à la plus intouchable de mes habitudes.

    Oui. La télévision m'a conquis.