• Participation #2

    Voici la seconde participation, qui doit cette fois-ci rester anonyme !


     

    Pour la plupart des gens et même la grande majorité, les nains n'existent pas. Tout comme les souris qui parlent, les fers à repasser qui repassent tout seuls et qui brûlent ceux qui veulent les contrôler, les fleurs qui ne fanent pas, les morts qui veillent sur les vivants ou les fantômes qui hantent les vieux châteaux. Cependant, certains individus sont convaincus de leur existence et consacrent même une partie de leur vie ou toute leur vie à montrer qu'ils ont raison et dévoiler leur vérité au reste du monde. Vous répondrez à ce postulat que ça n'a rien à voir avec un conte, eh bien vous n'avez pas totalement tort mais il faut replacer les choses dans leur contexte.

     

    Dans un pays pas si lointain que ça, à une époque pas si éloignée vivait Junak. Junak était par sa nature, très solitaire. De toute façon, lorsqu'on habite six pieds sous terre, il vaut mieux ne pas aimer la foule. Les journées de notre ami était rythmées par ses courses éfrénées dans les galeries que les taupes souterraines creusaient, et par ses dîners dans l'arrière boutique de Kafa, son amie barwoman. Pourquoi dans l'arrière boutique me direz-vous ? Eh bien tout simplement parce que les nains étaient recherchés, et que Junak était un nain. Et cette réponse amène à la question suivante : Pourquoi les nains étaient-ils recherchés ?

     

    Il y a nombreuses années déjà, les nains, les lutins, les souris parlantes,... nous côtoyaient. C'étaient une période de paix absolue malgré les quelques curieux qui cherchaient à prouver leur existence ; la paix demeurait car ils ne pouvaient pas avoir de preuves concrètes. En effet, peu possédaient d'appareils photo et d'ailleurs ceux qui en avaient devaient avoir un sujet immobile durant plusieurs minutes avant d'avoir un cliché convaincant. Or aucune des créatures mythiques ne se laissait capturer, même sur la pellicule. Et si un ou deux malins avaient une fois réussi cet exploit, ils ne pouvaient la diffuser. Les journaux ne s'intéressaient qu'à la multitude de championnats et de matchs sportifs et à l'ennuyante politique.

     

    C'est alors qu'un jour de mai, un facteur nommé Alfred George Saint-Tygnorans, passionné de nano-mécanique à courant électronique mit au point un appareil capable de capturer leur image. Sa femme, versée dans l'imaginaire enfantin, l'essaya en espérant un cliché d'une fée. Bien entendu, les fées n'existent pas et la femme de M. Saint-Tygnorans était complément stupide de croire à leur existence. Cependant, elle eut l'image de la jambe d'un nain de manière très nette. Malgré cet exploit, peu satisfaite, elle alla bouder au fond de son jardin. Ce que ne savaient pas Alfred et sa femme, c'est que la machine capturait non seulement l'image mais aussi des molécules qui constituaient la photographie. Quand la cousine de Mme Saint-Tygnorans, une des curieuses dont je vous ai déjà parlé entendit le couple lui évoquer l'engin révolutionnaire et l'image, elle hurla de joie si fort que dans un rayon de dix kilomètres, on l'entendit. Elle pressa sa cousine de l'emmener à l'endroit où elle avait photographié le morceau de nain tout en emportant avec elle la machine d' Alfred. Lorsqu'elles arrivèrent au fameux endroit elles ne trouvèrent qu'une tache floue verte à la place du buisson, de l'herbe et du morceau d'arbre qui étaient sur la photo.

     

    Quelques centaines de mètres plus loin, il y avait Junak, alité sur de la mousse, entouré de toute sa communauté. Quelques jours plus tôt une humaine l'avait surpris avec un drôle d'engin qui avait émis un flash. Lui avait déguerpi le plus vite. Depuis sa jambe disparaissait, à la place une sorte de tache floue verte. Il ne souffrait pas mais il ne pouvait plus marcher. Quelques nains décidèrent d'aller vers les humains pour soit rentrer en communication avec eux, soit pour... en réalité ils ne savaient pas réellement ce qu'ils pouvaient faire mais ils voulaient essayer. Ils ne revinrent pas. D'autres encore partirent... Et puis d'autres... Personne ne réapparaissait mais les nains restés cachés partaient peu à peu à leur recherche.

     

    Au bout de six mois, M. Saint-Tygnorans, sa femme et la cousine de cette dernière avec leur appareil et les acheteurs des autres appareils réduisirent les ¾ la population des nains.

     

    Un plan d'extrême urgence fut mis en place lorsque une jeune naine revint avec une main et une jambe en moins en annonçant que les humains avaient de terribles machines qui leur volaient membres et amis soumis aux flash. On créa une « poche dimensionnelle » et tous les nains restant s'y réfugièrent avec quelques créatures féeriques qui voulaient y aller. Malheureusement la plupart des nains restants étaient soit vieux, soit gravement malades sauf Junak. Pour sa propre survie, il se construisit un lieu d'habitation très profond dans le sol où il resta seul pendant des années et s’entraîna à courir sur une jambe, ce qui n'est pas très facile. Le seul souvenir qui lui restait de sa communauté était une longue chaussette qu'il avait constamment à la jambe.

     

    Quand enfin il se décida à sortir, la totalité des nains de la poche avait péri et la poche sans entretien, était sur le point de se briser. On organisa un plan d'évacuation pour les quelques créatures survivantes dont Junak. C'est lors de cette évacuation qu'il rencontra Kafa une souris très dynamique et bienveillante.

     

    Sur Terre la consigne donnée aux êtres dit imaginaires, fut de ne se faire voir des humains sous aucun prétexte et à Junak en particulier de ne se faire voir d'un minimum de personnes qu'elles soient humaines ou mythiques, possible. Ainsi Junak coula ses jours dans une habitation six pieds sous terre, en courant dans les galeries souterraines et dans l'arrière boutique et la cuisine de Kafa.

     


     

    Alors ? Qu'en pensez-vous ?


  • Commentaires

    1
    Dimanche 19 Juillet 2015 à 14:07

    Je trouve ça dommage que le facteur ne joue pas un rôle de facteur, mais j'ai bien aimé quand même. Et puis je le trouve assez dramatique ce conte... ^-^'

    - Zoé

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :