• And the winner is...

    Bonjour à tous, chers lecteurs !

    Le moment tant attendu est enfin arrivé : voici les résultats du troisième concours sur ce blog !

    Tout d'abord, je tenais à vous informer -et je m'excuse de ne pas vous avoir prévenu plus tôt- qu'il n'y aurait qu'un seul gagnant, et donc pas de vote du public. En effet, je trouve que deux prix pour quatre participants, ça fait... Beaucoup. D'autant plus que je ne suis pas sûre de renouveler ce type de concours tout de suite. Vous l'aurez donc compris, le gagnant aura été exclusivement choisi par Elloctan, qui a lui-même gagné le concours précédent.

    Je voulais aussi vous remercier, *EniraM*, Cécile-, Doux Douw et Mademoiselle Léa, pour avoir participé à ce concours, c'est tout de même encourageant de voir que ce sont de nouvelles personnes qui participent (j'entends par là que je ne vous "connais" pas depuis longtemps) ! Merci bien sûr à Alex Hole, qui a proposé le thème, et à Elloctan, le juré.

    Trêve de bavardages (si vous n'avez pas déjà sauté les premiers paragraphes), passons aux choses qui vous intéressent vraiment : qui a gagné ?

    Le texte qui remporte le troisième concours a été écrit par...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    *EniraM* !! Félicitations !

    Il s'agit de la participation n°1. Tu remportes une pub pour ton blog, et le choix soit du thème du prochain concours, soit du texte gagnant.
    Voici ce qu'Elloctan en a pensé, et je suis totalement d'accord avec lui : "remarquablement bien construit, simple, une première personne utilisée très justement, des images belles et mouvementées, une situation de confinement et d'admiration horrible très gracieusement rendue".
    On ne s'ennuie pas; tu as réussi à nous raconter une histoire en décrivant une personne, à plonger complètement le lecteur dans l'atmosphère de la ruelle. Il y a également un vrai travail sur le vocabulaire, les formes, les verbes, ce qui fait qu'on imagine sans peine ton personnage. Bref, la description est très réussie !

    Pour les autres participants :

    Cécile- 
    Tu as écrit une description où l'on ne s'ennuyait pas non plus, puisque toi aussi tu racontais une sorte d'histoire en décrivant. Tu as fait un bon travail sur le vocabulaire, ce qui est essentiel dans une description.
    Il y avait quelques problèmes de temps, comme l'utilisation du passé simple et du passé composé pour les actions, ce qui n'est pas forcément très agréable car ils ne produisent pas le même effet. Quelques incohérences au niveau de la description, mais dans l'ensemble tu t'en es bien sortie !

    Doux Douw
    Ta description était aussi très intéressante. Je regrette juste que le verbe être soit encore un peu trop utilisé ! Mais on s'imagine bien le personnage : il est décrit dans l'ordre, de haut en bas, et je trouve que ça aide quand même à se représenter la personne. La chute était une bonne idée, mais c'est dommage d'avoir mis "Bref", ça a cassé un peu le rythme de la description et du coup ça n'a pas donné un très bon effet à ta chute. Sinon, le défi est relevé pour toi aussi !

    Mademoiselle Léa
    On a hésité avec ton texte, lors du choix. Ta description n'est pas ennuyeuse, fais juste attention à l'orthographe. Je pense que tu aurais pu décrire un peu plus la fille.
    L'utilisation de la scène est une bonne idée, cela donne la possibilité d'imaginer pourquoi ton personnage est ici, son histoire... On ressent bien l'admiration avec la répétition de "Elle était belle" au début et à la fin du texte, et on arrive bien aussi à imaginer le personnage. C'est réussi, donc !

     

     

     


    6 commentaires
  • Elle était belle. Je distinguais son visage malgré la pénombre de la scène. Des longs cheveux blonds bouclés, des yeux bleuâtres, elle regardait le public d'un air apeurée. J'aurais aimé la voir de plus près. Elle était belle. Vêtu de sa robe blanche et de gants de soie, blancs aussi, ont aurait dit un ange. La lumière s'alluma. Elle leva la tête. Ses joues était teinté d'une poudre rose pâle. J'ai toujours su qu'un jour, les gens l'a verrait tel qu'elle l'était vraiment, belle et talentueuse. Elle fit un pas en avant et ses petits membres bougeait comme dans un rêve. D'un geste gracieux, elle leva la bras, puis, après plusieurs tours sur elle même, la lumière s'intensifia et l'ont pu distinguer ce grain de beauté sur sa joue droite. Elle était tellement légère. Elle vivait dans la peur et la tristesse mais on l'oubliait en la regardant. Elle était belle.


    1 commentaire
  • Je suis sortie, une nuit, pour prendre l'air. J'étais comme aimantée par l'extérieur. Je marchai, un peu heureuse.
    Puis je l'ai remarquée. J'ai cru rêver quand je l'ai vue. Je frottais mes yeux et me pinçai pour vérifier que je ne dormais pas. C'était une très belle fille, ayant des cheveux noirs corbeaux, difficiles à remarquer la nuit. Elle était appuyée contre un chêne, sa maigre cheville collée à l'arbre. Elle regardai dans le vide, deux yeux sombres effrayants. À la lumière de la lune et d'un lampadaire, je vus qu'elle avait des tâches de rousseur. 
    Cette fille avait l'air assez solitaire et sûre, je n'osai m'approcher. Ces cheveux étaient ondulés, ce que j'enviais. Elle avait une veste en cuir par-dessus un tee-shirt blanc, un pantalon lui aussi en cuir, avec des bottes blanches remontant aux genoux. Elle portait un collier très lumineux dont je n'arrivais pas à voir le motif. Il m'attirait, car il était très étincelant. Je voulus aller la voir, mais finalement je reculais. Elle m'adressa un regard et leva les sourcils. Je voyais bien qu'elle était rebelle, mais au fond, elle était peut-être gentille. Quand elle posa son regard au sol, je vus qu'elle s'était mise beaucoup de mascara et de crayon, mais délicatement mis et bien parfaitement. Comparé à ma chevelure brune et raide, une vague de jalousie m'envahie.

    Je reposa mon regard sur son collier, j'étais comme hypnotisée. Elle s'avança vers moi, quelques pas, au moins 1 ou 2, et je sursautais. Ses yeux devenaient un peu clairs, un peu gris. Après des minutes de réflexions, je remarquai qu'elle possédait un liquide rouge au coin de ses lèvres. Je frissonnai, apeurée, je reculais de 3 pas. Elle rigolait sarcastiquement. Et quand je vus son sourire, je remarquai deux véritables dents de vampires. Etais-je devenue trop imaginative ? Peut-être. Mais pourquoi suis-je sortie une nuit, comme ça ? Pourquoi mes parents ne m'en ont pas empêchée ? La vampire ouvrit la bouche, comme ci elle voulait engager une conversation. Finalement, elle n'en sortit rien. Je souriais légèrement et intimidée. Je reculais de 4 autres pas, me retournai et courus très loin d'elle. Cette fille avait des choses inconnues posées sur ses épaules. Je pensais à des ailes brunes. Je courus encore plus rapidement, sprintant chez moi. Je m'enfuyais tellement j'étais effrayée. Je la regardais rapidement, pour voir si elle me suivait, mais elle était plantée au même endroit, fronçant les sourcils. Je fut un soupir de soulagement en sachant cela.
    Elle se redressa. Avec ces ailes, -enfin ce que je pense être des ailes- elle montait ses larges épaules puis disparut. Je secouais ma tête et rentrais chez moi, tremblante...


    votre commentaire
  • Voici la troisième participation au concours. Vous n'avez plus que 2 jours pour m'envoyer vos textes !

     


     

    Cette fille était étrange, même si elle possédait un regard bienveillant et rassurant. Ses yeux bruns, ovales, donnaient une impression de rouge, et ses sourcils étaient épais comme de la paille. Des lèvres fines et gercées. Son nez, assez étroit vers le haut, s'élargissait au niveau des narines. Malgré un visage assez désagréable, ses cheveux restaient normaux: bien lavés, ils étaient bruns avec des soupçons de blonds, et courts jusqu'aux oreilles.  Une petite frange tombait sur un large front. Elle était de taille moyenne, et pas très grosse. De petites mains avec des doigts similaires à des doigts de fée, et des ongles soigneusement coupés. Des lunettes mauves dont on ne pouvait décrire la forme.

    Elle s'habillait assez bien mais se fichait de la mode. Habituellement, la fille portait un pull renard sur fond gris avec un slim noir, qui affinait ses jambes. Côté caractère, on ne savait pas vraiment comment elle était. Tout le monde pensait que c'était une fille normale, très sociale et sympathique, sans rien de plus à ajouter. Il paraît qu'elle appréciait beaucoup les animaux, et qu'elle n'était pas fan de la musique. Ce qui se voyait beaucoup, c'est qu'elle haïssait les enfants. À chaque approche d'un bébé, elle se mettait à courir ou de le regarder d'un oeil dégouté. Et, plus encore: une rumeur qui courait racontait qu'elle allait peut-être tourner un film, mais personne ne savait sur quoi. Tous les jours, elle lisait des livres sur la magie, l'action. En classe, on l'aimait beaucoup, le genre de fille populaire et discrète en même temps. Elle aimait relever les défis, et les réussissait sans problème.Bref, cette fille s'appelait Alexandra, et c'était mon amie.", expliqua ma mère: elle m'avait raconté comment était sa meilleure amie, comme elle adorait le faire.


    2 commentaires
  • Je la regarde. Hypnotisée.

    Elle est debout, au fond de la ruelle si étroite que les deux murs couleur de rouille encadrent sa silhouette. Ses épaules touchent les briques. Ce sont des épaules qu'on devine fragiles, la ligne maigre de ses clavicules vient se briser sur celle, gracile, de son cou d'oiseau. Sa peau est blanche, si blanche qu'elle semble presque briller de sa propre lumière, en contraste avec ses vêtements noirs.

    Je crois qu'elle me regarde aussi. Impossible de le dire.

    Ses cheveux cascadent sur son visage, tourbillonnent sur ses yeux que je ne peux voir, glissent sur ses joues maigres comme autant d'estafilades qui viendraient lacérer sa peau. Une mèche est échouée à la commissure de ses lèvres craquelées, grises, et elle semble étirer sa bouche en un sourire difforme et monstrueux.

    Elle fait un pas. Un seul. Ses longues jambes chancellent, comme si elles étaient trop faibles pour porter ce corps squelettique. Ses hautes bottes noires claquent sur le sol. Un aura malfaisante se dégage d'elle, pulse comme un cœur enverrait un sang salit, mauvais, venimeux dans chacune des fibres de ma chair tétanisée.

    Un second pas. Glacial. Et malgré les vacillements, implacable. Ses cheveux virevoltent, comme soulevés par un coup de vent. Il n'y a pas la moindre brise dans la ruelle. Ils s'agitent, rampent, dansent à la façon de serpents éthérés. Ils s'écartent lentement et me dévoilent enfin ses yeux. Ses yeux. Deux perles noires, deux gouffres sans fond, deux fenêtres ouvertes sur l'obscurité absolue du monde. Qui me fixent. Qui me sondent, m'attrapent, me dévorent. Elle ouvre lentement la bouche, une telle lenteur que je pourrais croire que le temps s'est arrêté. Un souffle nauséabond s'en échappe, s'enroule autour de moi.

    Je reprend enfin mes esprits. Je fais un pas en arrière, et sans un regard de plus, tourne les talons et m'enfuis.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique