• Concours 01

    Premier concours

    Je vous donne à chacun une couleur, et vous écrivez un texte dans lequel la couleur sera prédominante. Je ne sais pas si c'est très clair ? Demandez-moi si besoin !

    Pour participer :
    Dites-le moi en commentaire. Je vous donnerai une couleur et vous pourrez m'envoyer le texte d'une page word maximum par MP ou bien en le postant en commentaire.
    Pas de date limite pour le moment ; si jamais il y avait plus de cinq participants, j'en mettrai une, et trouverais bien une petite récompense !

    Concours terminé !

  • Résultats

    Voilà enfin les résultats. Pfiouuuh que c'était dur ! Merci à tous d'avoir participé à ce premier concours ! Tous les textes et poèmes sont vraiment magnifiques, franchement bravo, je n'aurais jamais pu faire cela !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Suspense... Non ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je sais que vous êtes impatients happy

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Admirez un peu le fond, il est joli, n'est-ce pas ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Prenez votre temps... (non, je ne suis pas sadique.)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    And the winner is...

     

     

     

     

     

     

    *Tadammm!*

     

     

     

     

     

     

     

     

     Bon, finalement, je ne choisis pas, vous avez tous gagné, ça vous va ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Première par le public : Anna381 pour qui je ferais un peu de pub, et qui gagne le droit de choisir le thème du prochain concours !

    Première : Catiminy qui aura droit également à de la publicité pour son blog et qui, si Anna 381 n'a pas d'idée, pourra choisir le prochain concours.

    Deuxième : Iolka

    Troisième : Jean-Frédéric et Morganne

    Merci également à Momo-Chwan, LLA et Morganne 21 qui ont écrit de très beau textes, même s'ils n'ont pas été classés !

     

     

     

     

     


    7 commentaires
  • Salut les amis !

    Le concours est terminé. Merci à tous d'avoir participé ! Voilà maintenant comment va se dérouler le choix du gagnant : vous avez une semaine pour voter pour votre texte favori dans le sondage à gauche. Vos votes compteront pour 50% du résultat final. Le mien comptera pour 50% lui aussi (je vais faire des maths, oui, ouihappy).

    Les textes sont tous dans la rubrique "Concours 01"

    Les votes seront donc clos le 19 juin à 16h10, et j'annoncerai par la suite le gagnant.

    Avis aux participants : merci de ne pas voter pour vous, mais pour les autres textes, c'est trop facile, sinon.

    A bientôt !

    Swirl♥


    4 commentaires
  • Hello !

    Je vous rappelle que vous avez jusqu'au 11 juin, 23h59 pour vous inscrire/envoyer vos textes. Donc il ne reste plus que six jours. Les indécis, c'est le moment de décider ! (allez, vous ne risquez riensmile)
    Merci déjà à tous les participants !

    Swirl♥


    1 commentaire
  • Hello ! Voilà la participation d'Anna381 dont la couleur était le noir !

    ___________________________________________________________________________

    Seule

     

    Je suis assise sur le lit. Dehors,  la nuit est tombée et je n'ai pas pris la peine d'allumer les lumières si bien que seuls les lampadaires de la rue attenus la pénombre de la pièce. J'essuie mes joues baignées de larmes. Je sais que le mascara noir que j'ai mis plus tôt dans la soirée est en train de laisser des traces sur mon visage, mais je m'en moque. Maintenant plus rien n'a d'importance d'ailleurs, seul le chagrin et la souffrance compte.
    J'entends Max qui bouge à coté de moi et je me souviens soudain de sa présence et surtout de la raison de sa venue.

     

     



    - Alors, dis je amère,  c'est décidé,  tu me quitte ?
    Max se racle la gorge et répond doucement. 
    - Oui.


    - Et tu me quittes pour cette...

     

     



    Je n'arrive même pas à le dire tellement ça me fait mal. Oui, Max, mon petit ami depuis des mois me quitte pour Magali, ma soit disant meilleure amie. Elle est grande, châtain foncé à la peau mate. Tout le contraire de moi...
    Soudain, Max se lève. Je devine dans la pénombre de la pièce qu'il attrape sa veste. Il s'apprête à partir et ajoute :

    - J'espère que tu me pardonneras.

    La porte se referme et je me retrouve seule dans cette pièce froide et sombre. J'ai mal, la douleur submerge mon coeur, je sens une colère noire monter en moi. Pardonner ? Il veut que je lui pardonne alors qu'ils m'ont trompé ! Ah ! Ils ont dû bien rire de moi tous les deux ! L'idée de les voir ensemble me rempli d'effroi. Et pourtant je sais que dès demain matin se sera le cas. Mais que faire ? Tout avait si bien commencé. Comment avons nous fait pour en arriver là ? Je me blotti sous ma couette et laisse mes larmes couler. Mon lit devient comme un cocon, il y fait chaud et personne ne peux me faire du mal. Pourtant ça n'atténue pas ma peine. Rien ne peux atténuer ma peine. Je me sens plonger dans le sommeil. Toutes ces émotions m'ont épuisées et je sens les ténèbres qui m'entourent. Aujourd'hui j'ai de la peine, demain je me vengerai.


    votre commentaire
  • Voici la participation de Iolka au concours ! Sa couleur était le bleu, bravo à elle d'avoir relevé le défismile. N'hésitez pas à donner vos avis !

    ___________________________________________________________________________

     

    Elle était jolie, Lise. Avec sa couronne de cheveux pâles, ses joues porcelaines, sa bouche rieuse. Et ses yeux. D’un bleu glacier si vif, si profond que quand on plongeait dedans, on ne pouvait pas en ressortir. Elle savait tout cela, hélas, et savait s’en servir. Traînant toujours dans ses pattes une cohorte de prétendants et de pipelettes, elle aimait être entourée. Et des meilleurs, s’il vous plait ! Le jour où elle a commencé à parler à Marc, le garçon asocial toujours plongé dans ses carnets, personne n’a compris. Marc lui-même s’est montré très méfiant. Les filles ? Très peu pour lui. Alors, un... poison comme cette pimbêche, pas question ! Mais elle n’a pas lâché l’affaire, ça non ! Peu à peu, elle a laissé ses amies de côté et s’est rapprochée de lui. A commencé par lui sourire de loin, puis à le suivre partout, à lui faire toute seule la conversation... Le pauvre Marc a bien été obligé de suivre le pas. Il a eu beau essayer de la repousser, elle revenait, avec ses grands yeux bleus pleins de larmes, et il ne trouvait pas le courage de la laisser pleurer. Peut être qu’après tout, elle l’appréciait vraiment... Alors il s’est ouvert aussi. On n’avait jamais vu ça ! Il souriait, riait avec elle, jovial. Heureux. Amoureux ? Ça persiflait, dans leur dos, mais ils s’en fichaient. Un jour, il lui a montré ce que contenait ses carnets. Des croquis dans le bleu marine. Des poèmes dans le bleu turquoise. Et dans le plus petit, bleu clair comme les yeux de Lise, une déclaration d’amour. Elle en est restée bouche bée. Puis elle s’est mise à murmurer. Il s’est penché et a entendu ces deux petits mots, ceux qui ont tout fait vaciller : « J’ai réussi. J’ai réussi ! ». Elle s’est mise à rire nerveusement, incrédule, et elle est partie en courant. Marc n’a pas compris tout de suite, seul dans la salle de classe où il l’avait emmenée. Et quand il est sorti, il l’a vue, à nouveau entourée par sa cour, et il l’a entendue dire bien fort : « Tu vois, Laura, ce n’est qu’un jeu pour moi. Je t’avais dit que je pouvais me mettre n’importe quel garçon dans la poche. ». Il l’a regardée, longtemps. Elle n’a pas soutenu son regard. Et il s’est enfui sous les rires cruels des autres.
    Un jeu. Tout ça n’était qu’un simple, stupide et cynique jeu ?! Il savait bien que ces filles, ça ne tombait pas amoureuse comme ça ! Il leur fallait des grands mecs populaires, pas des artistes ratés que personne n’aime... Un jeu. Les rires, les sourires et les pleurs. Tout. Ces cinq derniers mois, un mensonge. Un jeu. Un jeu.
    Il se sentait comme une coquille vide. Quelque chose s’était brisé en lui. Ses pas traînants le menèrent jusqu’au pont au dessus du grand fleuve. La pluie et l’orage avaient déchaîné les flots. Il sortit le petit carnet de sa poche, et tendit sa main au dessus de la barrière, prêt à le lâcher. Mais à quoi bon continuer ? Ce serait toujours la même chose. L’amour, puis la désillusion. Il n’était bon qu’à ça. Il enjamba la paroi métallique, et, le carnet à la main, sans regarder en arrière, il se pencha vers l’eau et se laissa tomber.

    Ç’était bleu, aussi. Mais pas comme ses yeux. Non, c’était sale et froid et ça me frappait et ça m’emmenait dans tout les sens. J’en ai avalé, je crois. Ça avait un goût amer, et ça m’étouffait. Je n’ai même pas vu arriver le noir.

    Dans la chambre d’hôpital, les parents de Marc on découvert le corps pâle et inanimé de leur fils. La machine à laquelle il était relié émettait des bruits de temps à autre, pour leur signifier qu’il était toujours vivant. Et à côté de lui, toute petite dans une chaise, lui tenant la main, il y avait une jeune fille aux yeux bleu clair, rougis d’avoir autant pleuré. Elle leur a demandé pardon. Ils n’ont pas compris pourquoi.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique