• Comme quelque chose qui hurle et se débat dans mon coeur et dans ma tête.

    Violence

     

    Aujourd'hui, j'écris l'incompréhension, la colère, le désespoir d'une jeune fille de seize ans de plus en plus perdue dans ce monde.

     

    Je me souviens des crimes de Mohammed Merah, de la colère générale, de l'interminable après-midi passée devant la télé à attendre des nouvelles de l'opération menée pour l'arrêter.

     

    Je me souviens de l'enlèvement des jeunes filles nigérianes par Boko Haram l'année dernière. De l'indignation générale, du #BringBackOurGirls international, des rassemblements, et puis plus rien. D'un espoir de libération évoqué il y a quelques temps, puis plus rien. Et toujours rien.

     

    Je me souviens de l'attentat terroriste commis à Charlie Hebdo, appris un mercredi midi quand je rentrais du lycée. Je me souviens de Montrouge, de Dammartin-en-Goëlle, de l’Hyper-casher porte de Vincennes, de BFM TV et d'Itélé diffusant des infos au conditionnel.
    Je me souviens des Je suis Charlie, des chansons, des textes, des dessins. Je me souviens du 11 janvier et des frissons devant tout ces gens rassemblés calmement pour montrer leur solidarité, leur résistance au terrorisme, leur volonté de faire vivre encore longtemps les valeurs de la France.

     

    Je me souviens des attentats de Boston en 2011, de Copenhague, de Tunis, au Yemen, en Syrie, et dans tant d'autres pays en ce début 2015. Des SMS envoyés avec une amie, des "oh non" et des smileys qui pleurent. D'un article sur l'attaque de Garissa au Kenya lu sur Paris Match il y a quelques jours.

    Mais rien. Les médias relaient plus ou moins les informations, plus ou moins justement. J'ai vu quelques #JesuisNigerian passer, c'est tout.

     

    Qu'est-ce qu'on fait ? J'ai l'impression que rien. Qu'est-ce qu'on peut faire ? Comment agir ? Je ne sais pas.

     

    Des gens crèvent de faim, des gens crèvent de balles, de couteaux et de tortures, parce qu'ils sont chrétiens, noirs, pas assez musulmans, d'une ethnie particulière, d'un peuple particulier, ou simplement parce qu'ils sont là, et nous, on ne fait rien. Oh, c'est trop facile de dire «Je ne sais pas quoi faire. Je suis impuissant(e)», oui, moi aussi je le pense.

     

    En français, on a parlé du poids des mots. On a chipoté sur l'utilisation d'inadmissible pour quelque chose de plutôt futile.

    Mais maintenant, on peut au moins dire que ces meurtres sont horribles et inadmissibles, puisque notre pays nous permet de nous exprimer librement. On peut au moins s'exprimer, et ça, qu'on ait onze, vingt-deux, trente-cinq, cinquante ou soixante-dix ans, on peut tous le faire. On peut réfléchir à des solutions, même si c'est pas facile, on peut en parler aux autres. On peut refuser d'avoir peur.

     

    On peut au moins éviter que cette violence devienne banale. S'il vous plaît.


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    8
    Samedi 18 Avril 2015 à 17:10

    Merci !

    6
    Mardi 14 Avril 2015 à 20:25

    Oh, merci ! Si ça pouvait toucher un peu plus de monde...

    5
    Mardi 14 Avril 2015 à 20:20

    Tu sais quoi? Je vais mettre le lien de ton texte sur Hellocoton, et je vais aussi en parler sur mon blog.

    Parce que oui effectivement, on parle très peu des événements comme l'attentat au Nigéria qui a fait 148 victimes alors que pendant près d'un mois nous avons parlé des attentats en France.

    4
    Mardi 14 Avril 2015 à 19:59

    Merci de ton commentaire, vraiment !

    Je ne me souvenais plus de cette morale, mais c'est vrai qu'elle est toujours très actuelle...
    Je comprends un peu mieux, seulement je n'ai pas envie d'attendre que la Terre entière "explose" (façon de parler) pour que les gens se réveillent...

    3
    Lundi 13 Avril 2015 à 16:59

    Tu connais la morale de la fable des animaux malades de la peste "selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir."

    C'est le pétrole et accessoirement la drogue, les armes, les jeux de pouvoir, bref l'argent qui expliquent tout! L'absence de "vraie" volonté de règler le problème vient de "qui" est derrière les fous sanguinaires qui tuent et massacrent au nom de leur dieu.

    Quand le niveau de nuisance dépassera l'importance de l'alliance stratégique ou économique, les choses changeront et ça, ce n'est que l'opinion publique qui peut l'obtenir! Ton texte est donc très important et plein de bon sens!

    2
    Dimanche 12 Avril 2015 à 12:55

    J'aimerais moi aussi voir ma famille, mes amis bouger.. Mais rien...

    1
    sab
    Dimanche 12 Avril 2015 à 09:22

    Comme j aimerai que mon enfant raisonne comme toi que tout le monde bouge ....  mais que peut on faire nom d'une pipe !!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :